Cellular ou la désuétude du mobile écran monochrome, bi-bande (…et du scénario)

09/07/2011 § 5 Commentaires

Ce n’est un secret pour personne que le KiWi n’a de cesse de se retrouver dans le noir, en station semi-allongée, avec Jason Statham. Pour pallier aux récents évènements (et à la fatigue weekend-nesque), rien de tel qu’un « bon » film pour se divertir et en même temps, compléter ma collection (collection qui, je le rappelle, n’est faite que de films avec Jason avec synchronisation des montres pour voir à quelle minute, il enlèvera la chemise !).

Aujourd’hui, nous attaquons donc l’emblématique « Cellular », film daté de 2004, qui comme son nom l’indique, parle donc de téléphone mobile. Oui, vous noterez une certaine trivialité des titres de films de Jason, ca nous arrange, car nous le rappelons, les KiWis aiment les choses simples. Seulement voilà, en 2004, vous aviez quel téléphone, vous ? un vague souvenir ? un Nokia, surement non (plus facile pour récupérer un chargeur de batterie en cas de coup de pompe!) ? Rafraichissons nous la mémoire : il y a quelques années, le Nokia 3210 ou 3310 faisait fureur avec ces 3 jeux collectors, son écran monochrome, son poids raisonnable de 133 grammes pour un compact « tiens dans la main », et ses sonneries monophoniques … et bien sûr pour augmenter l’intrigue du film, les pertes de réseaux dans les escaliers, les passages dans les tunnels, les numéros d’appels enregistrés (jusqu’à 50!), la faible tenue de la batterie (et chose incroyable, l’appel qui change de ligne). Bigre, le film aurait été tout autre s’il était mis au goût du jour : kidnapping, paf, géolocalisation, paf, FBI, paf, intervention (je sais, je regarde trop la télé) ou peut-être que le pommier a une application pour cela ? Faudra que je vérifie …

Le scénario se décline comme le titre, il se caractérise d’une simplicité presque accablante : une femme kidnappée + son fils kidnappé + son mari kidnappé + une réparation de téléphone + un appel + un jeune qui ne sait rien faire de sa vie + un challenge + un flic qui n’aide à rien + de l’action + une moche voiture toute cabossé + une belle voiture jamais cabossée + Jason en rôle de méchant : tu mélanges un peu tout ça, tu shakes, et tu shakes et tu shakes, et tu obtiens le film!.

Ce que je note dans ce film, c’est le nombre assez impressionnant d' »anti » ; un anti-antihéros, un anti-méchant, un anti-méchant que tu crois qu’il est gentil, un anti-flic anti-doué qui part en retraite sans être toutefois en retraite (donc en anti-retraite), une anti-victime, un anti-gosse (j’invente un peu là, mais il ne fait rien donc il tient meme pas son rôle de gosse), une anti-petite amie chieuse, un anti-pote boulet, … Toute la panoplie des anti ! ce qui fait que ce scénario, bien que simple, est lui aussi anti-bien.

En revanche, ce qu’on ne peut pas lui reprocher, ce sont ces tentatives d’humour qui ponctuent « ponctuellement » le scénario : le gosse s’appelle Ricky Martin (réplique de l’antiantihéros « euh! c’est voulu? », le flic qui se lance dans un salon de beauté spa (« mais non, chérie, le meilleur masque, c’est le rose »), le flic qui sauve le poisson rouge dans un verre d’eau (mais qui tue la méchante quand même, mais je crois qu’il a pas fait exprès), le pote qui arrive déguiser en baleine (si, si, ils ont osé! En meme temps, c’est un boulet!) … on sent qu’il y a eu un gros travail en amont de recherche, de creusage de cervelles pour les ice-breakers (refaire retomber la pression du spectateur sous peine de le voir mourir d’angoisse et de stress sur son fauteuil … enfin, moi, c’est surtout mourir d’étouffement par ingurgitation  de pop corn façon hamster les joues pleines!).

Bon, mise à part Jason (tu les vois les Z’ieux en coeur du KiWi à cet instant?), y’a aussi des énormes stars dans ce film ! eh oui ! Jessica Biel, & Jason, Richard Burgi, & Jason, William Macy, & Jason … et ah oui, Kim Basinger (Shoooouuwwwwwiiiinng : Fans de Wayne’s World, vous me comprenez), mais ici, elle est en fait pas très shoooouwwing dans ce film. Elle crie et pleure beaucoup, mais je crois que c’est ce qu’on lui a demandé de faire. Par contre comme prof de bio, elle est top, elle connaît bien toutes les artères du corps humain et nous en fait une belle démonstration, mais aussi (et tout le film tient la dessus quand meme), elle sait réparer un téléphone cassé à coups de marteau par Jason, faché faché ! Je parle bien sur ici d’un téléphone fixe, le vieux que tu tournes et qui fait clac, clac, clac, clac …. attends, c’est pas Mac Gyver non plus.

Verdict : Ce film ne restera pas dans les annales, et pour cause !! A AUCUN MOMENT, Jason n’enlève sa chemise !! Oh Rage, Oh désespoir !! Monde injuste !

Publicités

Atelier carte de Noël

22/12/2012 § 2 Commentaires

J’ai du mal a écrire parce que mes doigts sont tout collés …

Pour l’anecdote vous noterez les pâtés de colle (… Qui n’en est pas vraiment … J’avais que du gel décor fimo sous la main … J’ai tenté le passage de la carte au four … Bingo … Elle est solide comme du béton … Par contre les yeux avaient morflés sous l’écrasante chaleur du four 220 position grill du dessus … Je les ai remplacé in extremis et voilà …)

Enfin voilà le résultat …

20121222-213834.jpg

L’autre côté de la Norvège

18/12/2012 § 4 Commentaires

Rassurez vous ! Je suis on-ne-peut mieux arrivée au pays des casques à cornes … Il y a de la neige et il fait froid (mais rien à voir avec Iasi). Et je suis arrivée sans me planter avec le train et la « map » (à l’exception près que j’avais voulu faire un peu plus court en prenant le premier hôtel Thon qui passait sur mon chemin … Bon le gars m’a juste dit « continue, c’est bien, tes oreilles ne sont pas encore tout a fait gelées donc tu vas y arriver »).(*)

Mais ce n’est pas d’Oslo qu’on va parler parce que déjà il fait noir et malgré le fait que tout le monde mette des petites bougies par terre dans les rues (ce qui est bien mignon mais complément inutile en terme d’éclairages !) y’a pas grand chose à y voir ce soir …

Donc on va parler de mon voisin dans l’avion Munich-Oslo !! Un vrai norvégien … (Enfin ça au début j’avais du mal à le croire…) faut dire qu’il est arrivé accompagné d’un groupe de 3 autres bonhommes qui avaient du ingurgiter pas mal de litres de boissons alcoolisées, sûrement du au fait qu’ils avaient du dépasser les volumes et kilos autorisés en soute et en cabine pour leur stock personnel !! 4 gaillards qui débarquent, je m’étais dit « ah zut! V´la encore des chasseurs … Bon, ils vont me sortir quoi cette fois? Le rêne ? le phoque ?? … ». Petit rappel pour les néophytes, l’alcool étant tellement cher en Norvège, les norvégiens stockent au possible avant le passage frontière… Ça donne des scènes mémorables dans les ferrys qui font les navettes … Donc non, le norvégien n’est pas forcement un alcoolique notoire … Il profite seulement de l’aubaine de tarifs plus abordables … Mais sont-ils pour autant des chasseurs, ces braves hommes ??

Après les politesses d’usage et l’attache de ceinture réglementaire, je ne pouvais pas faire autrement que de tailler la bavette avec mon voisin … Qu’on va appeler Markus parce que je ne connais pas son vrai prénom ! Donc Markus était au concert des Scorpions à Munich, leur dernier concert paraît-il (paroles de fan s’il en est) pour son anniversaire … Il paraît que c’était vraiment très bien (je ne mets pas cela en doute mais le sifflement pendant 4min30 me reste a chaque fois dans la tête …). Et pour m’éviter qu’il commence lui aussi a siffler, on a parlé Norvège …

20121218-205359.jpg

Markus vient d’une petite ville portuaire, Haugesund, dans l’ouest du pays, spécialisée dans la pêche … Alors non, les norvégiens ne mangent pas de requins pourris avec un petit verre de liqueur (j’ai du confondre avec les islandais…) mais ils mangent le fromage brun (que je dois tester!) dont j’avais vu un documentaire sur Arte (oui, comme quoi les docs sur arte sur la fabrication du fromage brun en Norvège, ça peut toujours servir … La preuve !..).

Alors certes les aspects culinaires ayant vite été brossés, j’ai demandé à Markus ou il travaillait (peut être que c’est lui qui fabrique le fameux fromage..??.) et comme réponse il me désigne le milieu de la mer entre la Norvège et le Danemark … « C’est la où je bosse!! » je fais des yeux comme des billes ! J’ai en face de moi (enfin plutôt à côté de moi) un gars qui bosse sur une plateforme offshore pétrole et gaz !! Alors moi si tu me branches pipelines, c’est bon t’en as pour au moins 10 minutes d’explications sur mes tournées nord africaines, les petits tuyaux entre les papattes des chameaux, le 47 degrés à l’ombre … Bref Markus était foutu … Il a dû répondre à toutes mes questions … (Il a du finalement se demander si c’était pas mieux de commencer à siffler Wind of change…)

20121218-211004.jpg

Alors comment ça se passe sur la plateforme ? Et bien c’est 2 semaines en continue puis 3 semaines de repos, puis de nouveau 2 semaines puis 4 semaines de repos (ce qui fait pas mal de temps libre pr aller voir les scorpions par exemple…). Mais c’est un boulot dangereux, pas seulement aux niveaux des aléas climatiques en pleine mer, aussi au niveau de la production, l’extraction … Pas la moindre petite étincelle est tolérée sur la plateforme sinon bonjour le feu d’artifice … Et pr aller bosser pour les 2 semaines, c’est l’hélicoptère qui les amène (j’ai fait ma fière mais Bibi a déjà fait une simulation d’hélicoptère sur des plateformes pétrolières !! C’étaient des simulations très réalistes (trop réalistes) qui m’ont procuré de bonnes sensations … Évidemment on a parlé de BP et des incidents aux États Unis (fallait un peu relever le niveau du fromage brun !)…

20121218-205833.jpg

Bon il ne m’a pas proposé d’aller lui rendre visite sur la plateforme (en même temps je le comprends), mais ça m’a fait passer l’heure et 50 minutes de vol comme une lettre à la poste (je lui ai quand laissé le temps de manger son sandwich Lufthansa …suis bien élevée tout de même…) il a bien tenté de m’apprendre qqs mots en norvégien … J’ai cru qu’il avait encore la bouche pleine … Mais non … Et finalement je lui ai dit que tant qu’on me filerait pas la liqueur et les bouts de requin pourri, y aurait de fortes chances que je sois incapable de retenir ne serait-ce qu’un mot en norvégien, suédois, danois confondus !!! ( j’ai tout de même osé lui parler du Swedish Chef du muppet show – mon héros! – et du fait que toutes ces langues pour moi ressemblent à une de ses recettes … il a plutôt bien pris la chose et était même plutôt d’accord avec moi.. :) … ).

(*)ah si .. pardon …j’ai tout de même omis l’épisode des escaliers de la station Nationaltheatret d’Oslo ou ces derniers font à peu près 50 mètres de large (donc forcément ils vont pas tout déneiger). Et comme dans un grand jour (sûrement mon inconscient de KiWi) j’ai choisi de grimper là ou il y a 5cm de glace, là où ce n’était pas déneigé … Mes super bottes de neige m’ont encore sauvée la vie !!! J’ai débuté la première volée de marches et là, je me suis vue le nez, le bras et la jambe cassés en même temps par un immense valdingue de la mort qui tue … J’ai heureusement échappé à tout ça quand j’ai pris conscience de mon gout du risque inconsidéré et que je me suis remise dans le droit chemin …

On prend les mêmes … et on recommence !

17/12/2012 § Poster un commentaire

Demain, direction : La Norvège !

Après avoir suivi le stage commando roumain [ -21, tempête de neige, blizzard à se transformer en KiWi des neiges] me voilà fin prêt à affronter la terre des Vikings (une fois de plus… souvenez-vous, j’avais déjà été traîné mes bottes doublées polaire à Oslo…). Cette fois, la raison qui m’y amène est un poil différente mais la destination reste identique … et pour ne pas faire simple, on a semé le parcours d’embûches pour voir si le KiWi peut s’en sortir seul, cette fois à nouveau …

Ca sera donc avion, via Munich (aaaahhh ! ca me fait penser à mon aimable voisin d’avion Iasi-Vienne de la semaine dernière avec ses divines moustaches, j’aurai du lui demander de le prendre en photo…Mais je profite de l’occasion d’évoquer ses fières moustaches, pour donner un coup de pouce à sa fondation Bavaria-Romania qui fait un boulot de titan là-bas depuis 10 ans! PS: M’enfin depuis 10 ans, c’est la première fois que l’aventure de la tempete de neige lui arrive!! comme quoi il a suffit d’un KiWi dans l’avion…) puis atterissage sur la banquise piste d’Oslo, puis train pour le centre ville, puis marche à pied jusqu’à l’hôtel (sans glisser) puis métro jusqu’au lieu de rendez-vous !!

J’ai (pour une fois) osé regarder la météo en avance (histoire de ne pas suffoquer AVANT de monter dans l’avion…) ca sera rafales de vent de 55km/h sur Luxembourg (ce n’est rien, ce n’est rien … pas de panique … ca va un peu secouer au démarrage…mais ce n’est rien … je respire …1…2…1…2) et temps nuageux mais calme et seulement -1 à Oslo (une rigolade quand on revient de -21 ! moi, mnt je me balade en T-shirt en décembre pour aller au bureau … (je blague, hein, ma colloque de bureau peut l’attester, je couve sur le chauffage !! emmitouflée dans mon écharpe …).

En attendant de vous conter mes aventures, j’ai fais un petit revival avec les photos prises à la rapidos l’année dernière !

20111116-200421.jpg

20111116-200443.jpg

20111116-200504.jpg

20111116-200458.jpg

J’imagine y trouver plus de neige cette fois, l’hiver ayant été plutôt précoce cette année …

Carte postale de Iasi

16/12/2012 § Poster un commentaire

20121216-115352.jpg

La Sibérie est plus proche qu’on ne croit … par contre, pour la Roumanie, c’est beaucoup plus loin que prévu …

14/12/2012 § 2 Commentaires

Mes enfants, cette histoire mérite d’être contée … et je vais m’empresser de revêtir mes vieux habits de KiWi (dans toute la splendeur de la bonne époque) pour vous la relater … Parce qu’un KiWi reste un KiWi quoi qu’il advienne … Faites un petit cercle autour de moi, groupez vous pas loin du feu, installez vous confortablement et imaginez une nuit noire, froide, glacée même … Sous la neige (si, si, la neige ne s’est pas faite attendre cette année, elle a déjà pointé le bout de son nez …).

4h du matin, le KiWi engourdi, les yeux encore mi-clos (de fatigue … l’ingurgitation intempestive de Jet 27 datant de 56 heures n’y étant pour rien …) me voilà trotti trottant finissant une petite valise pour partir dans la contrée des gymnastes surentrainées, la Roumanie !! Si la neige et le froid avait été envisagés et un tant soit peu planifiés sur le KiWiland, tel ne fut pas le cas pour le reste du voyage … (Bien qu’heureusement je n’avais pas mis de maillot de bain dans cette valise … Par contre, j’ai des super bottes de neige !!! J’adoooooorree mes bottes de neige…).

Évidemment ayant fait dans le local typique, ce n’est pas à Bucarest, que je vais vous emmener mais à Iasi, (prononcez « iyAtche ») ville roumaine proche de la frontière moldave, située à 1000 et qqs bornes de Vienne … Vienne toute de blanc vêtue, avec ses paysages enneigés… Vienne donc qui a servi de transit depuis le KiWiland pour accéder au pays bleu, jaune et rouge …

Ayant fait le choix de la qualité de l’accueil vermillon des hôtesses de l’Austrian Airlines, c’est avec une ponctualité toute typique des pays germanophones que nous sommes montés a 10:30 pétante une petite cinquantaine dans le bus pour nous mener à l’avion … Et quel avion … !!! Quand j’ai vu la silhouette se dessiner dans le brouillard, j’ai eu un moment d’effroi … Le Fokker 50 (à hélices) … Le même que le Londres Luxembourg, ce fameux matin ou j’ai failli rater l’avion (ou j’aurai du le rater) et ou j’ai failli perdre la vie secouée telle une cacahuète dans une boîte en zinc … ce fichu tas de ferraille de plusieurs tonnes avec les ailes pliées en 4 sous les effets de la non moins fameuse tempête – alerte orange de juillet 2010 … Un point positif pour cet avion que je connais désormais intimement (il m’a laisse qqs bleus et jai du enfoncer mes griffes de KiWi sur a peu près chaque centimètre carré des accoudoirs) le point positif, disais-je, c’est que je sais que s’il est équipé de bons pilotes, on arrive dans un état proche de l’arrêt cardiaque, mais on arrive … Et c’est plutôt positif …

Je me remotive devant la découverte du temps de trajet :1h30, une bagatelle ! Le décalage horaire avec Iasi est une bonne nouvelle … Arrivée prévue a 12:55 … Évidemment pendant le trajet, je me retrouve parmi un groupe de néerlandais (schmulk-bluk-debluk) qui n’avait qu’une hâte, celle de me faire partager leur joie d’aller chasser le sanglier à Iasi … Leurs fusils de chasse étant en soute, je me suis dit que tout était encore sous contrôle quand je les ai vu s’enfiler la bière autrichienne hardi petit …

J’étais toute à mon observation du chasseur hollandais de sanglier roumain (ce qui me faisait presque oublier les assourdissantes hélices), quand le capitaine a eu la bonne idée de prendre le micro et au lieu de nous passer une petite valse pour nous détendre et accompagner notre petit café, il a jugé bon de nous faire part de ses doutes concernant notre atterrissage … Tu vois ma tête quand un commandant de bord dit « bon, je sais pas trop, j’hésite, je vous tiens au jus …tschu » …

Donc, au vu de la neige (vide intérieur 1), du verglas (vide intérieur 2), de la tempête (ou blizzard) et donc du vent très fort qui sévit sur Iasi (vide intérieur 3), l’atterrissage est compromis … Mais il va essayer … (Non s’il te plaît te sent pas obligé …) … Des tours et des tours plus tard dans le ciel (et moi qui imagine l’aiguille du carburant qui baisse progressivement … dans la Myto Caribou je connais bien cet indicateur orange jusqu’au moment au l’autonomie affiche  » – – – – » …) le capitaine décide de redécoller (si si il remet plein gaz) et annonce 5 min plus tard qu’on se dirige vers Bucarest car Iasi a finalement son aéroport de fermé … Ok … Bucarest – Iasi 420 bornes tout va bien …

(Une question m’étreint : y’a 1h30 et qqs, nous ne savions pas que l’aéroport où nous allions était fermé ?? Simple question … parce que bonjour l’environnement, déjà qu’on se trimbale 5 chasseurs visant l’éradication du sanglier roumain … ok, je dis plus rien …)

Les gens commencent à former des scénarios : prochain avion, train, retour Vienne, hôtel à Bucarest … Les dames en rouge tentent de calmer la populace en nous rappelant qu’Austrian Airlines va s’occuper de nous à l’arrivée (mais en même temps, le rouge chaleureux de leur robe+collant+chaussures a viré au rouge « faites pas ch… ») … Et bon sang, ils n’étaient pas trop pressés de s’occuper de nous, les Austrian Airlines … Attente des valises… Attente du responsable … Attente des sandwichs (qui devaient aussi avoir attendu très longtemps vu leur sécheresse…) … Petite musique flûte de paon pour nous faire patienter (spéciale dédicace à Meuric)… attente du bus !!!!

Du bus !!! Ça sera donc le bus qui va nous emmener à Iasi sur les routes enneigées … De quoi voir le paysage car c’est un bus « un peu lent » (déjà pour arriver ensuite) pour rouler, sans compter les conditions climatiques : il faut compter 7 à 8 heures de bus pour Iasi … Ambiance !! Ça commence à se fighter en roumain .. Le KiWi pige que dalle, mais compte les points : la dame en rouge qui y est pour rien , les passagers non plus et cette foutue neige qui est enlevée par pelleteuse caterpillar sur les pistes de l’aéroport de Bucarest …finalement c’est la neige qui gagne toujours … On perd 10 personnes à « l’embarquement » (dont les chasseurs qui se sont lassés de guetter le bus, cachés dans le hall d’entrée tout froid) et finalement on se retrouve en route pour Iasi … Petite musique régionale … Je m’endors pour la première fois depuis ce matin 4h, les pieds brûlants sur le chauffage du dessous, le nez au froid de la clim du dessus, la tête dans le pâté …

IMG_0645

L’excursion organisée de l’Austrian Airlines … 8h de bus Atlantic Tour … y’a la télé et la radio (roumaine) … et du chauffage (sauf si on passe la nuit dedans, parait-il)

Les paysages sont désespérément blanc, la route glisse, et le soleil se couche déjà …

IMG_0650

A bord du bus … a la sortie de Bucarest … même le soleil a décidé de ne pas monter avec nous …(il devait savoir pour la suite …)

Premier arrêt au bout de 3 heures dans le restau au bord de la simili autoroute (on roule à 70 maxi qu’on soit clair). Arrêt pipi (obligatoire car si l’envie t’avait traversée l’esprit 2 secondes d’utiliser les toilettes du bus, tu oublies…) dans une espèce de Wild Wild West ou tout le monde te fixe du bar … Et là, le KiWi qui commence à se faire des amis en demandant l’arrêt du barbecue de ses pieds et la réduction de la congélation des nasaux, reçoit l’information qui tue : les routes sont coupées à cause du blizzard … Rien ne passe … Y’a plus de route …

On a fait à peine la moitié du trajet, doit-on faire demi tour ??? Et là socialement, c’est intéressant ! Car un groupe de passagers, ça a une vie propre … on avait déjà perdu des potes en chemin qui voulaient rester à Bucarest et tenter le prochain avion (bon, je pense pas qu’ils soient déjà arrivés vu que fermé pour fermé, au final t’as un aéroport fermé..hein) mais là, le débat est ouvert entre les passagers sur les options : retour Bucarest, train 1 depuis Bacău ou train 2 depuis Focșani ou mini bus pr Iasi pour éviter l’interdiction de rouler des plus de 2 tonnes ??

Évidemment il n’y a plus de dame en rouge accueillante pour nous guider, on doit s’auto-gérer et mine de rien, des guides « locaux » passagers (et roumains de surcroît fermement décider à faire l’auto promotion du pays) prennent les choses en main … Un iPad et une faible connexion internet plus tard, on repère un train, on regroupe nos Lei (monnaie roumaine) car on est short côté timing – donc on fait efficace au guichet – et nous voilà dans une gare au beau milieu de nul part sous 2 mètres de neige à attendre le train !!! T’as même le droit de traverser les voies enneigées pour changer de quais ! Incroyable … Au cas où tu aurais aussi envie d’attendre le prochain train pour qu’il te passe dessus, désespéré que tu es du voyage le plus long de ta vie …

Le train ! Une joie en soi ! Ça cahute moins que le bus qui glisse … par contre comme c’est à peu près le seul moyen pour accéder à Iasi ces jours ci, ben il est bondé … Normal … Mais y’en a encore qui ont de l’énergie dans la bande passagers : ils arrivent même à se fighter encore entre eux pour le numéro de la place réservée dans le train (serait-ce finalement la nature germanique de certains qui réapparaît au galop?)… Les valises qui ont traîné dans 2 mètres de neige dégoulinent sur les fauteuils (une pensée nostalgique pour mes petits scouts crados de La Louvière qui me faisaient eux le coup de la boue…) Et le sandwich séché commence sérieusement à se faire regretter … Arrivée prévue 23:30 à la gare, il restera encore le chemin jusqu’à l’hôtel avant le Graal: une douche et un lit !! :))

Arrivée a Iasi, c’est effectivement la tempête  Il y a de la neige jusqu’à la hauteur du marche-pied du train … une bonne cinquantaine de personnes y descendent. La traversée de la gare n’invite pas à la promenade… elle offre un refuge pour les sans-abris de la ville malgré l’air glacé du hall. Ils se réchauffent comme ils peuvent … leur grand nombre et leurs conditions restera un choc. Mais il faut vite déjà partir, les 5 taxis devant la gare sont pris d’assaut et me voilà (presque) seule à attendre que des « voitures » (ou glisse-neige) fassent leur apparition dans le grand blanc. Les conditions météo sont au delà de tout ce que j’ai pu imaginer … même un Fokker 50 suréquipé pour les tempêtes  oublie !! Les voitures s’enfoncent dans 50cm de neige, creusent des tranchées  elles glissent, font des dérapages de folie, qqs 4*4 s’en donnent à coeur joie … à ce niveau là, ce sont les chaines qui devraient être obligatoires …

IMG_0653

Piața Unirii, Iași … après 20h de trajet, enfin à destination … ils ont même eu le temps de faire le sapin avant que j’arrive …

Sur le parvis de la gare, le KiWi devant le désastre  avec son regard de chien battu (et la croyez moi y’en avait pas beaucoup de chiens dans les rues, tellement on se gelait les grelots…), est pris en pitié par un sauveur (merci, merci!!) qui me propose de me déposer avec le taxi devant l’hôtel  L’hôtel n’est pas très loin mais c’est taxi obligatoire ou je finis gelée sur un trottoir avant d’atteindre mon but (et on me retrouvera à la fonte des neiges en Avril…)… Mon sauveur, un habitué des lieux m’avoue qu’en ce moment, la météo met un peu de chaos dans la ville (sans blague.. c’est pas tous les jours comme çà??) …ce sont des pelleteuses et des camions bennes qui viennent déblayer les rues … 20 min de glissade en taxi plus tard, j’arrive enfin a l’hôtel !! OUF !! quel périple !!

A mon réveil, le lendemain, le blizzard a cessé … faisant place à des tonnes de neige a déblayer … mais ce n’est qu’une fois arrivée àbon port, qu’ autant de neige peut commencer a s’apprécier (imagine la taille des bonhommes de neige !!! XXXL tous les 2 mètres) …toutefois, les températures restent un peu fraîches pour oser risquer le nez dehors plus de 30 minutes:  – 21 au compteur !!! J’avais les poils de nez gelés !! impossible de respirer plus de 3 secondes sans se boucher les nasaux …je bénis la bonne idée qui m’est venue lundi d’acquérir une bonne paire de bottes de neige (les fameuses!!). J’ai marche sans encombre avec de la neige jusqu’au genou… ! Je n’ai pas glissé une seule fois !! J’étais pas peu fière !!

IMAG0381

Disons que dans cette situation, vaut mieux avoir une pelle a neige … ou un bulldozer à disposition …

IMG_0678

On est pas là pour rigoler … – 21, j’ai la preuve ! (allez allez je vous vois, dubitatifs que vous êtes …)

Ne vous en faites pas j’ai su me gâter comme il se doit … l’aventure, ça creuse ! Avec ce froid, heureusement qu’on peut compter sur la bonne cuisine roumaine pour reprendre des forces! Et je me suis régalée: la soupe au poulet est divine, le boeuf sauce au vin délicieuse et les crêpes au fromage, mes enfants, à vous faire retraverser toute la Roumanie en bus et en train à nouveau (enfin, quite à choisir, je préfère tout de même le train, au moins c’est sur qu’il y arrive jusqu’aux crêpes !!) Ça valait le coup de faire ce petit détour … par contre, ne me demandez pas de vous donner les noms en roumain … j’ai déjà oublie !!

IMAG0385

ciorba de quelquechose … :) mais y’avait du poulet, carotte, celeri, creme et vinaigre … hmmm

IMAG0390

le boeuf sauce au vin et ses petites asperges parsemées de fromage .. le tout accompagné d’une (vraie) limonade …

IMAG0392

les crêpes fourrées au fromage doux et petits raisins secs (si, si y’avait encore un peu de place dans mon estomac après le jeûne de la veille …)

Vendredi, 10 minutes de visite avant de remonter (déjà) vers l’aéroport  (37 heures après l’arrivée) … le temps d’aller voir le fameux tilleul d’Eminescu dans le Parc Copou, proche de l’Université A. Ioan Cuza … Et pour la peine, autant vous en raconter un peu plus que sur Wikipedia, car certes les habitants de Iasi sont attaches a cet arbre, qui a servit d’inspiration au célèbre poète, Mihai Eminescu, mais il y a une (vraie) petite légende autour de cet arbre. Ayant déjà traverse plus d’un siècle  l’arbre ancestral commençait à montrer des signes de faiblesse (normal en même temps, t’as vu les hivers qu’il traverse !!)…de telle sorte que le vieil arbre a nécessité qqs aménagements: des soutiens par de grands tuteurs, des bandes … jusqu’au jour où tout semblait terminer pour lui… la ville a donc pensé planter un jeune tilleul à ses cotés pour lui succéder … et là, survient le miracle: le petit tilleul n’a pas survécu … par contre le vieux s’est renforcé … il semblerait qu’il soit déterminé à traverser encore qqs années (siècles?) dans le parc de Copou prés du buste d’Eminescu …

IMG_0703

 

Le tilleul centenaire

Le tilleul centenaire

L’aéroport de Iasi est tout minuscule, j’ai enfin compris pourquoi le pilote a tant hésité … il n’aurait même pas vu la différence entre la piste et le reste … Le temps de mettre des chaines aux pneus de l’avion (non? on ne fait pas ça sur les avions non plus ici? bon ok …), nous voila repartis vers de nouvelles aventures … J’ai retrouve avec plaisir certains de mes compagnons d’infortune de mercredi :) le temps d’échanger la suite de notre voyage: la chasse au taxi et nos dernières 24h dans la ville ensevelie (et le concert de jazz de l’hôtel qui a accompagné ma grosse fatigue du voyage de la veille, à faire trembler le sol de ma chambre … la chanteuse était très bien … par contre, j’ai pas trouvé la télécommande pour diminuer le son … elle avait eu la permission de 2h du mat’ et moi, je voulais qd même dormir un peu …mais soit! j »ai eu mes chants de Noel jazzy cette année … ça s’est fait …!!)

manque que les petits pingouins (gelés) sur la piste avant le décollage …

PS: je ne sais pas si les chasseurs néerlandais trouveront leur bonheur a Iasi, s’ils arrivent surmonter les tas de neige de 2 mètres de haut… peut être qu’ils trouveront un sanglier déjà tout congelé en dessous …

Jason [ca faisait longtemps], would you marry me ? (please … j’ai dit please, hein!) [Facetious Challenge 1]

30/07/2011 § 11 Commentaires

J’ai décidé de faire les choses en véritable professionnelle ! Désormais, en haut à droite, il y a une nouvelle page « Facetious Challenge ». Le challenge facétieux du moment est le suivant : la filmographie de Jason. Certains collectionnent les pin’s, d’autres les kiwis, ici on collectionne les Jason. Sur cette page, vous retrouvez tous les liens des articles et le résumé des précieuses minutes à ne pas manquer ! (evidemment une fois ce challenge atteint, il y en aura un nouveau …Mais chaque chose en son temps, petit papillon !

Quoique vous puissiez en penser, je n’avais pas fini mon visionnage de films de Jason. Non, ma collection est encore loin d’être terminée et oui, vous allez devoir encore le supporter (encore que si je vous mets plus de photos de lui sans chemises, vous allez être comme moi !! oui, oui, ne faites pas non de la tête).

Visionnage de Snatch, film de 2000, avec Jason et réalisé par Guy Ritchie (M. Bricoltou, un bon film à mettre sur votre liste! pour une fois que c’est moi qui donne un film). Un très bon film, même. Un film de gangsters comme je les aime. Jason joue un gentil mais un gentil dans un drôle de business, le combat de boxe non autorisé. Trafic d’armes, trafic de diamants, tout se mélange, tout part en vrille.

Comédie à l’anglaise, cette satire du monde impitoyable des gangsters, des vrais, des méchants, des durs, est parfaite. Je retrouve un peu des traces de l’humour Chat Noir Chat Blanc » d’Emir Kusturica (qui, en vrai, lui n’est pas sympa!! Ben non, il a pas voulu me faire un autographe pour mon Papa KiWi, soit … ). L’intrigue est pleine de rebondissements. Et l’humour (à la britannique) est tel que l’on en redemande à chaque scène. J’ai du même faire un peu trop de bruits pour mes voisins avec le bébé en mousse d’ailleurs devant la scène du couloir. Elle est tout simplement géniale cette scène. 2 fois, je l’ai vu.

Bon évidemment, je vais vous apprendre la mauvaise nouvelle. Jason n’ote pas sa chemise dans Snatch. Non. Pas une seule fois. C’est bien dommage. Mais ne poussez pas des soupirs, j’ai de quoi vous contenter,  du moins compenser un chouillat cette lacune (faut bien faire contre mauvaise fortune bon coeur). C’est Brad qui ote la chemise dans Snatch. Et puis, peut-etre qu’un peu plus que Jason ici, c’est lui le rôle clé. Et il le joue à la perfection.

Snatch, à voir et à revoir sans modération …

Note de l’auteur : le Transporteur continue. La partie II a été également visionnée ce week-end (il fait moche, il faut bien apporter un peu du baume au coeur) et après debriefing avec moi-même personnellement, je ne l’avais pas vu. Grâce au Minot, qui avait le coffret complet du transporteur (et n’avait vu que le 1! Comment est-ce possible?!?), nous avons donc commenté la partie 2, j’ai même pu défaire l’emballage plastique autour de la pochette !! comme à Noel ! Bref, le 2, belle voiture, belle nana, mais 1h17 ! C’est trop peu !! Une fois seulement la chemise à la minute 57’07, c’est trop peu !! Heureusement que Minot était là pour pallier à cet immense problème : il a mis les bonus du DVD et heureusement, à la 19’14 eme minute du Making Off, on a encore le droit à un autre strip !! j’ai envie de dire OUF !

L’English a beau me répéter qu’en Angleterre, des Jasons y’en a plein. Moi, j’le dis, j’le répète : Non, Jason, y’en a qu’un. Na !

Le dur métier de cascadeuses

11/07/2011 § 11 Commentaires

Avant propos. Un jour, Sèv m’a dit « ça passe toujours mieux pour soi et pour les lecteurs quand on ne cherche pas à faire pleurer dans les chaumières, et que l’on raconte les choses sur un ton badin et dédramatisant ! ».

Je dédis ce post à ma doudou, qui en ce moment à du mal à enfiler ses chaussettes, et pas que …

Après moultes demandes de la part du lectorat strasbourgeois (et Tatouinien), voici donc le récit de comment se retrouver à faire un audit qualité d’un établissement de cirque hospitalier quelque part en banlieue parisienne.

Vous ne le saviez pas, mais le KiWi a une activité à temps partiel (qui en ce moment prend des allures de temps plein) : cascadeuse. Comme quoi ma passion dévorante pour Jason Statham ne s’arrête pas uniquement aux boutons manquants de sa chemise lorsqu’il l’arrache d’un coup pour se battre contre 10 méchants, non ! Comme lui, je me prends des bûches, des gadins, des pelles, des valdingues …et tout ça, en vélo, en voiture, en roller, en KiteSurf, en chaussettes sur le parquet, en pédalo, en trottinette, à cheval, en Windsurf (avant même de monter sur la planche!) et pieds nus au bord de la piscine baignoire … Mais attention, je le fais en véritable professionnel et j’ai pour ce faire une acolyte de taille, j’ai nommé, ma Doudou, dit la Wineuse de la Mort (WdlM) dans le métier ! Eh ouais, ca calme.

Dimanche dernier, on a décroché un pur contrat. On devait jouer les doublures d’Uma et Angelina pour le prochain Tarantino, le Volet 2 du Boulevard de la Mort (pchuuut! ne dites pas que je vous l’ai dit!). Je vous fais le script : les 2 personnages principaux féminins Uma et Angelina (donc nous, les cascadeuses (sous les casques on ne sait plus qui est qui, pratique!)) descendent une rue déserte en moto, traversent le rond point (à allure plus que modérée, un KiWi est accroché à l’arrière, je vous le rappelle, c’est comme un petit enfant, faut pas non plus pousser le bouchon, l’accélérateur) quand soudain ! une voiture avec les méchants dedans déboule sur la droite dans le rond point et … et ben, ne s’arrête pas !! (par contre, eux, les méchants, ils roulent vite). Tu vois pourquoi on fait donc appel à 2 cascadeuses professionnelles pour faire cette scène?

Enfilage des casques, vestes haute protection, gants, le KiWi ressemble à un Bibendum et se hisse non sans difficulté sur EEEEEEeevvveee, le superbe destrier de Doudou, wineuse de la Mort ! Elle est jolie Eve !! Oui, oui. Bon, je vous sens perplexe. On ne parle pas d’Eve et de l’autre guignol qui nous a suivi pour croquer la pomme ! On parle de Eve de Wall-E (ca y est, vous y êtes?) EEEeeeevvvveee, c’est le nom de la moto ! Elle ressemble non ?

Bon, une fois, le script lu pour ma part, je demande en bon professionnel (comme la pub Orangina) « Alors? c’est quoi le texte ? » On me répond c’est « AaAAHHHHHHHHHHHHH ». Ok. Ca doit pouvoir se faire.

Temps superbe. Equipe en place. Son ok. Et c’est parti …. Clap! ACTION! Brrroouummm Broouummm …. brouuuuummmmmmmmmmmm … PAaAAAFF (Le KiWi : « Aaahhhh ») et Double Ricard Piqué BOulé Double Jump Gliss’ Wiiizzzz sur le Macadam ….

Tu le crois si tu veux, mais on l’a réussi à la première prise! (de vraies pro, je vous l’ai dit!). Je crois que j’ai respecté le lourd travail des dialoguistes, bien que je regrette un peu la fin, j’aurai du plus forcer sur le « Ah ». Par contre le « AaaaAAAAAahhhhhhhh » quand l’équipe d’extinction des feux (ca veut dire les  pompiers en terme plus technique) est arrivée pour toucher les bleus et les bosses du KiWi, aucun regret, ca a bien fonctionné.

Toute l’équipe du film est venue nous retrouver en fin de piste (à une dizaine de mètres de notre point d’impact). On a même eu droit à une haie d’honneur des hommes en bleus, des hommes en rouge et peut etre aussi des hommes en blanc (bien que mnt, j’ai des doutes quant à leur présence). On a tellement bien réussi, le Double Ricard Piqué Boulé, que finalement à la fin, on se sentait quand même un peu vaseuse, la Doudou et moi (tu m’étonnes un Double Jaune en plein après-midi sous le soleil, ça cogne). On a commencé à sentir que le mode puzzle était en train de s’enclencher doucement mais sûrement. Alors, les hommes en bleu et ceux en rouge nous ont dit d’aller rendre visite sans délai au Dr. Maboule (celui qui a encore le nez qui clignote et des élastiques coincés dans le fémur) à l’hôpital le plus proche.

Sur le chemin, le KiWi a fait la connaissance plus en détail des hommes en rouge, extincteur de feu. Tu m’étonnes, je ne pouvais pas faire autrement, ils commencaient à me dire qu’ils allaient m’attacher et ils ont découpé mon Jeans (R.I.P. mon Pepe Jeans) à grands coups de ciseaux pour me tailler un short !! Quant une relation commence comme ça, y’a intérêt à s’entendre avec l’équipe, sinon y’a de quoi finir en petits morceaux, version scrapbooking dans l’ambulance !! Bon, eux, n’ont pas été trop impressionnés par notre performance, ce qui les intéressaient c’était de savoir si on habitait encore chez nos parents (mais ils n’osaient pas le demander, petits canailloux). C’est nous qu’on leur a demandé alors ! A la fin, on s’est promis d’aller se boire un petit Punch à l’occasion mais dans la précipitation de l’arrivée au ZooCirque, Asile, à l’Hopital, on n’a pas eu le temps d’échanger nos numéros de portable …

Arrivées aux urgences, le show a commencé d’entrée de game! (Oth, tu vas voir, il y a des docteurs!!) Le dr Maboule a pris Uma pour Angelina et inversement (pourtant nous n’avions plus les casques depuis belle lurette). Le KiWi qui était saucissonné à l’horizontale sur une planche a été mis dehors relâché sous prétexte que je cite « les planches ca m’impressionne pas. Les blessés les plus graves sont ceux qui arrivent debout! » Alors, à moins de s’appeler Bruce Willis, je ne sais pas si ce prétexte est toujours juste. Soit! un colle-colle sur le genoux, une piqûre pour le doigt pour pas choper la maladie des ciseaux rouillés et c’est reparti pour le KiWi.

En revanche, pour Doudou, saucissonnée à la verticale (elle a aussi du faire face aux hommes en rouge mais a tenu bon pour les ciseaux en folie), ca n’a pas été une mince affaire. Le Dr Maboule, sûrement gêné par le papillon dans son estomac, a commencé sérieusement à clignoter rouge du nez. Il nous a pété la durite en live. Il a tenu en otage notre Doudou retrouvée coincée à l’horizontale (ne me demandez pas comment elle a fait pour changer de position, c’est une vraie cascadeuse, je vous dis!). Il a tenté de la perdre dans les couloirs en la laissant aux mains du brancardier pleurnicheur (c’est le KiWi qui a réussi à faire pleurer le brancardier! eh ouais!!) , l’a fait passé sous différentes machines qui font des bip, bip, des infirmières qui piquent, des tuyaux et des poches qui coulent au goutte à goutte … brrrRRRR, il était méchant le Dr Maboule.

Et là, bon, on veut bien rester professionnel, mais là faudrait voir à se calmer !! Du coup, on a appelé du renfort! Dr. Carter est venu nous aider à tenter de gérer le Dr Maboule !! Dr. Carter, c’est le gentil Docteur de la famille. Mais ça a encore plus fait péter les boulons à Dr. Maboule qui en a 3 qui s’entrechoquent dans le cerveau !! A courir partout, le KiWi a eu un instant de faiblesse et Baamm, le Dr Maboule a dit « Vous resterez aussi !!!!! » et après il a rigolé fort comme les méchants dans les films (non, là, j’abuse! je ne sais pas ce qu’on m’avait mis dans la perf’). Par contre, ce que je me souviens, ce que comme il n’y avait pas Capt’ain Choco Pistache pour nous arranger les colloques comme en Martinique, y’a pas eu moyen de dormir dans le lit à coté de ma doudou ! snif!

Heureusement au petit matin, le gentil Dr Carter est revenu à la rescousse ! Il a réclamé qu’on soit un peu mieux traité, ma Doudou et moi. Attends! normal, t’as vu la cascade de la Mort qu’on avait faite ? Sans ça, le film ne tient pas. Ça mérite au moins une récompense! Alors à midi, ils nous ont prévu des boulettes – coquillettes, un vrai plaisir pour les papilles !! Avec l’aide du gentil docteur, on a réussi à faire s’échapper le KiWi, une fois que tous les examens étaient ok. Le KiWi a même eu droit à aller signer un autographe auprès des hommes en bleu avant de rentrer chez lui (en train!).

Ma petite Doudou est quant à elle sortie des griffes du Dr Maboule, non pas sans peine, fin de semaine dernière !! Il paraît même que c’était assez folklorique d’ailleurs! Elle s’est retrouvée arrivée à la maison avec les clichés radio d’un autre prisonnier patient  !! Si jamais elle aussi souhaitait faire un peu de scrapbooking, il y avait matière !! Remarque, elle va peut être si mettre maintenant qu’elle est allongée pour qqs temps.

Enfin, voilà, dans cette aventure, on ne retiendra que le professionnalisme des deux cascadeuses hors pairs, suscitant l’admiration le réconfort de l’entourage de s’en être si bien sorties ! Mais que voulez-vous, on est pro ou on ne l’est pas. D’ailleurs n’hésitez pas à voter pour nous au prochain Taurus World Stunt Award à Hollywood (Pffff, moi je dis, encore une stratégie du KiWi pour se retrouver dans une salle dans le noir avec Jason!). hihi

Post-scriptum : au cours de mes recherches sur les cascadeurs professionnels (les vrais, pas les KiWis), je suis allée me balader sur la blogosphère. Et ma curiosité étant sans limite, j’ai commencé sérieusement à m’intéresser au sujet. Evidemment, je ne pourrais retranscrire tout ce que j’ai pu apprendre à cette occasion, mais le hasard étant ainsi fait, je suis tombée sur le blog de Jérôme : http://www.action-cascade.com/ Et là, accrochez-vous bien, parce que ca en jette un maximum !! Moi, j’y ai passé plus d’une heure et je peux vous dire que la « cascade » à moto à coté, c’est niveau bac à sable. Bref ! Donc tout ça pour dire, que grâce à lui et à son blog, je ne regarderais plus comme avant tous ces films d’action !! Drôle et dur métier donc que celui-là ! Alors, Jérôme, encore une fois, je te dis toute mon admiration pour ton parcours !! (oui, je suis fan !! :oP)